My cart
 0,00
0
  • Votre panier est actuellement vide.
Myrtille Poterie > Blog > Dans la presse > Myrtille Kardous, ou le plaisir du contact avec la terre
mars 28th, 2016

Myrtille Kardous, ou le plaisir du contact avec la terre

Ouest France – Portrait de Myrtille Kardous

Portrait

« Quand j’étais petite, j’allais en vacances en Espagne. J’étais toujours fourrée chez Paquita, une potière. » Dans la famille de Myrtille, on a la fibre artistique. Son papa est peintre. Au gré des pérégrinations de la famille, elle a suivi des cours aux Beaux-Arts, à Angers, et à Vannes.

Il y a 20 ans, Myrtille fut fleuriste, puis esthéticienne. « J’adore le contact avec les mains ! explique-t-elle. J’aime toucher, masser, malaxer… » Après s’être mariée et avoir vécu quelques années à Paris, elle s’installe à Arradon, en 1999.

La jeune femme, sensible aux objets de décoration et à la vaisselle en terre, ressent bientôt des démangeaisons au bout de ses doigts ! Elle s’inscrit à un atelier de modelage à Vannes. Encouragée par sa formatrice, Myrtille décide alors de franchir le pas, en entreprenant une formation professionnelle pour adultes. Elle choisit de faire son apprentissage chez Matthieu Liévois, à Séné.

Depuis peu, le potier sinagot a agrandi son atelier pour y accueillir des stagiaires. « Nous sommes huit, porteurs de projets différents, explique Myrtille. Certains font une reconversion, d’autres une formation professionnelle. D’autres encore veulent apprendre, pour leur plaisir… » Myrtille, elle, effectuera un parcours d’un an, sanctionné par un CAP de tournage de la terre.

Un atelier à soi

La chaleur du four réchauffe l’atelier. L’ambiance est concentrée. Avec ses collègues de promotion, Myrtille a appris à tourner une pièce. « J’aime sentir l’eau glisser entre les doigts, et découvrir l’objet qui monte, et apparaît progressivement ! »

La formation propose également de découvrir la technique de l’émaillage : « Chacun de nous crée sa propre palette de couleurs, en faisant ses mélanges d’alumine, de kaolin, d’oxyde de fer, de magnésium… On les teste, avant de les reproduire à une échelle plus importante. » La jeune femme réalise également des moules en plâtre, et s’initiera bientôt au raku.

Dans quelques mois, Myrtille ouvrira son propre atelier à Arradon ; elle recherche un local. « Je voudrais y créer mes propres pièces, et donner des cours. Je sais qu’il y a de la demande ! » Pour l’instant, elle se réjouit d’avoir choisi une activité qui la passionne. « Quand je ne tourne pas, je suis en manque ! » avoue-t-elle, en faisant sourire ses beaux yeux lavande…

http://www.ouest-france.fr/

Related posts

Leave a reply

X